Médecine déboussolée
11 mars 2014
Réflexions sur la médecine au contact des inuits.

*Cahier Spécial « Hors Norme »

À l’aube des prochaines élections provinciales, la santé s’annonce être un thème de second plan derrière la priorité qu’est l’économie pour tous les partis. Rares sont les précédents gouvernements qui ont su réaliser des changements marqués dans l’amélioration des services de santé à la population. C’est probablement la raison expliquant pourquoi aucun ne s’est encore aventuré à promettre la lune qu’il ne saura pas offrir. Même si des progrès plus tacites ont été opérés, il reste que le système de santé à Montréal fait piètre figure en ce qui concerne la disponibilité des services aux usagers. Or, ce système n’est pas le seul à opérer dans la province. Focus sur la santé de brousse.

Mais où?

Le Nunavik, dans la région administrative du Nord du Québec, est le territoire le plus septentrional de la province. Aujourd’hui encore, la population prépondérante du territoire est inuit, mais les  «hommes du Sud» sont de plus en plus nombreux à faire, eux aussi, de la toundra arctique leur paysage quotidien. Parmi ces adoptés, la majorité est venue chercher du travail, car la région vit, malgré les apparences, une croissance démographique marquée. En effet, une étude gouvernementale récente (Portrait de santé Nuvanik: Conditions démographiques et socioéconomiques) démontre que la population qui y vit se veut l’une des plus fertile du pays, le taux de fécondité étant de 3,2 enfants par femmes, comparativement à près de 1,6 enfants par femme pour le reste du Canada. De plus, 34% des habitants du Nunavut sont âgés de moins de quinze ans, une pyramide démographique nettement inversée à celle du Québec où la population vieillit sans cesse.

Sans surprise, donc, cet élan populationnel a dû être accompagné d’une bonification des services au cours des dernières années, expliquant donc en partie les courants migratoires des gens venus du «Sud». À Puvirnituq, hameau de 1500 âmes aligné au coin du 60e parallèle et de la Baie d’Hudson, un avion cargo vient approvisionner quotidiennement la coopérative, où l’on vend de la nourriture, des vêtements, des meubles, des voitures, des accessoires de chasse et des peaux d’animaux en plus du matériel nécessaire à la confection de survêtements d’hiver. Cette même coopérative sert aussi de bureau de poste, de banque, de compagnie de câble et de téléphone cellulaire. Ce même avion sert aussi à fournir une autre petite épicerie. Sinon, un paquebot vient une fois à l’année pour les objets de trop grande taille pour l’avion. On trouve aussi à PUV (la ville de Puvirnituq)  une école, un aréna, un poste de police, une église, un hôpital à un étage, un département de la protection de la jeunesse à deux étages, près de 500 adresses et un aéroport. À 4 kilomètres à l’est du village, le service d’eau qui pompe la rivière, et à 5 kilomètres à l’ouest, le dépotoir.

S-Inuit1

C’est dans ce contexte limité en ressources et même en connexion Internet rapide que doit fonctionner le personnel de l’hôpital de PUV. L’hôpital est formé d’une section dite apparente à un Centre Local de Service Communautaire (CLSC), où se fait la médecine de première ligne et, de l’autre coté de l’hôpital, on trouve le «département», l’unité des patients admis. On trouve ici quelques éléments de base, un rayon X, un laboratoire, une machine d’échographie, un électrocardiogramme. Toutefois, les six autres villages de la côte de l’Hudson sont, eux, dépourvus d’hôpital et doivent donc envoyer par avion tous patient requérant des soins médicaux urgents ou avancés à Puvirnituq. À l’hôpital, les investigations rudimentaires peuvent être menées, mais toujours est-il que les urgences chirurgicales, comme la crise d’appendicite par exemple, doivent elles être à leur tour transférées en avion directement à Montréal.

Les médecins sur place sont tous médecins de famille, mais exercent ce qu’on appelle de la «médecine de brousse». C’est-à-dire, bien plus que de la médecine de famille traditionnelle mais avec moins de ressources. Quelques spécialistes viennent à tour de rôle donner des consultations ou réaliser des chirurgies électives, et ils restent généralement une semaine. Ici, les infirmiers et infirmières sont en charge de la première ligne au «sans rendez-vous» et sont donc en mesure de voir les patients généralement sans l’avis d’un médecin. Ils prescrivent des médicaments pour les cas d’apparence non compliquée et allègent ainsi la structure habituelle de l’administration des soins.

 «Je pense qu’on rejoint davantage les gens ici lorsqu’ils ont besoin d’être vus qu’à Montréal, malgré les ressources limitées»

Perspective différente sur la santé

La docteure Joanie Tremblay-Pouliot, qui travaille à l’hôpital de Puvirnituq à temps plein, croit que les services sont en fait plus accessibles de cette manière qu’au Sud. «Je pense qu’on rejoint davantage les gens ici lorsqu’ils ont besoin d’être vus qu’à Montréal, malgré les ressources limitées». Ainsi, elle trace l’opposition entre avoir des ressources abondantes et dispendieuses et ne pouvoir les offrir qu’à certaines personnes, versus des moyens limités mais disponibles. Il va sans dire que tout cas qui n’est pas simple ou qui ne répond pas au traitement initial est vu par les médecins, comme le sont tous les patients admis à l’hôpital.

Mais est-ce la seule différence avec la médecine du Sud? « J’ai trouvé un sens à la médecine ici, une façon de m’y épanouir, que j’ai jamais eu au Sud», ajoute la docteure Tremblay-Pouliot, en référence à l’échange enrichissant qu’elle réussit à obtenir avec ses patients. En effet, il ne suffit pas d’une simple offre d’emploi aux portes de l’Arctique pour plier bagages et faire dos à la vie douillette et dolente des villes sans regret. D’entre tous, les travailleurs du Nord ont dû puiser la motivation du départ ailleurs que dans l’unique intérêt de l’emploi; il ne faut pas oublier que dans ces villages isolés, toutes les avenues sont des cul-de-sac qui s’interrompent sur des horizons déserts. «À la fin de mes études, j’étais décidée à reprendre un parcours universitaire, je ne me retrouvais pas dans la médecine que l’on pratique à Montréal. Et ici, […] je me suis retrouvée».

S-Inuit2

  

«Ici les gens sont honnêtes, il vont te le dire s’ils ne prennent pas leur prescription, ils ne mentent pas sur leurs habitudes de vie, ne te feront pas croire qu’ils ont envie d’arrêter de fumer». Là-bas, comme ailleurs, il faut savoir interagir avec ses patients. Toutefois, tous les médecins ne savent pas nécessairement comment aborder la culture inuit, car, la médecine préventive, les Inuit n’y croient pas vraiment. Il n’est pas rare, au centre de santé Inuulitsivik (celui qui sauve la vie), d’entendre quelqu’un dire «I don’t take pills» («je ne prends pas de pilules», ndlr). Ils trouvent parfois ironiquement maladif le besoin de comprimés pour prévenir, ce qui amène au dialogue. La docteure y voit là un défi, elle aime l’apport sincère de ses patients et se prête au jeu. Mais même la médecine «tout court» est remise en question par les Inuits, ce qui parfois conduit au désastre et explique un peu sans doute leur espérance de vie largement en dessous de la moyenne nationale. En effet, ils s’opposent régulièrement à des traitements que l’on jugerait essentiels, argumentent et quittent même parfois l’hôpital contre l’avis du médecin, dans un état de santé précaire qui, le plus souvent, a tôt fait de les ramener se plier à notre vision de la santé, au grand dam de leur fierté à tout rompre.

«Ici les gens sont honnêtes, il vont te le dire s’ils ne prennent pas leur prescription, ils ne mentent pas sur leurs habitudes de vie, ne te feront pas croire qu’ils ont envie d’arrêter de fumer»

Pourquoi tant de différences?

Mary, conservatrice du musée d’Inukjuak, est une Inuit qui a toujours vécu au Nunavik. «J’étais à PUV depuis un jour, ça m’a semblé un an» dit-elle en revenant en avion de Puvirnituq vers le village voisin, à trente minutes de vol. «Je ne sais pas pourquoi, dès que je suis sortie de l’avion à Puvirnituq, j’ai eu ce sentiment de ne pas être la bienvenue», indique-t-elle alors qu’elle fait visiter son musée. «Quand nous étions jeunes, ma sœur et moi devions aller aux écoles résidentielles fédérales. […] Je me rappelle encore, nous n’avions pas le droit de parler inuktitut, mais seulement anglais, et quand nous disions quelque chose dans notre langue le professeur nous frappait avec sa règle ou nous punissait», explique-t-elle en référence à son expérience de jeunesse à Puvirnituq, où elle a été déracinée de sa famille, envoyée dans un autre village en pensionnat avec sa sœur. Elle n’oublie pas comment cette ville lui a réservé un pénible sort. Toutefois, cette histoire n’est pas spectaculaire parmi les Inuits: tous ceux qui sont aujourd’hui sexagénaires l’ont vécue. Ils font partie de ces Inuits dont la culture a été dérobée, ceux qui ont vu leurs villages électrifiés, leur langue soumise, ceux qui ont vu par la suite débarquer des Blancs venus s’excuser du passé. Mais on n’efface pas le passé. «Ce sont de tellement mauvais souvenirs», ajoute-t-elle. C’est avec ce bagage difficile que Mary a eu l’intérêt du poste au musée d’histoire culturelle d’Inukjuak, où sont exposés des éléments des mœurs et coutumes ancestrales inuit, qu’elle n’a elle-même pas tous connus. «Quand j’ai commencé à travailler ici, je pleurais souvent, me rappelant à quel point mes ancêtres travaillaient dur et étaient courageux. C’est pour ça que c’est important pour moi, parce qu’aujourd’hui nous n’avons pas d’igloos, mais des maisons avec l’électricité, et je veux que les enfants comprennent comment c’était pour leurs arrières-grands-parents, et comme tout a changé». Heureusement pour elle, elle voit aujourd’hui la vie différemment, en perspective. «Mais j’imagine que c’est ainsi que j’ai appris à parler anglais […] Je suis contente de connaitre cette langue maintenant»,  dit-elle avant d’ajouter «I wish I could speak French!»

Je me rappelle encore, nous n’avions pas le droit de parler inuktitut, mais seulement anglais, et quand nous disions quelque chose dans notre langue le professeur nous frappait avec sa règle ou nous punissait.

Ainsi, ce n’est pas inconcevable de voir les Inuits réticents à nos idées encore aujourd’hui, même si celles-ci apparaissent mieux intentionnées que dans le passé. Néanmoins, l’histoire de ce peuple et les difficultés qu’il rencontre aujourd’hui à s’orienter dans la modernité sont intimement liées à notre perpétuelle envie, au Sud, de se mêler de la façon dont ils devraient mener leur vie. Bien sûr, nous croyons maintenant que les actes que nous posons sont plus louables que ceux des écoles résidentielles, car nous avons leur santé à cœur – et ils le sont sans doute.

Mais la santé, n’est-ce pas d’avantage ce que l’on en fait qui compte?

S-Inuit3