Finance verte
11 mars 2014
Brève

* Cahier spécial « Hors norme »

«degrees investing initiative» est un projet créé en 2012 avec un but simple: financer le développement durable tout en garantissant des revenus aux investisseurs. Cette initiative vise à rassembler des acteurs économiques, financiers et universitaires afin de promouvoir les énergies «propres» dans les indices (regroupement de plusieurs sociétés dans lesquels les gestionnaires de portefeuilles investissent).

Pour l’instant les flux d’investissements sont majoritairement dirigés vers les industries polluantes (notamment les géants de l’énergie) qui occupent les plus gros indices. L’association veut mettre en avant un changement pragmatique, qui va dans le sens du marché. Alexandre Jorius, stagiaire chez «2 degrees investing initiative» explique ainsi que «les régulateurs gouvernementaux posent des règlementations sur le secteur qui font que les risques concernant les indicateurs polluants sont de plus en plus importants, et que les investisseurs vont devoir se diversifier [pour continuer à engendrer des profits]».

Afin de convaincre les gestionnaires de portefeuille d’investir dans les énergies vertes, l’association se base sur deux arguments. Le premier, c’est que les risques de litiges auxquels sont confrontées les entreprises polluantes sont croissants, ce qui engendre des coûts pour les entreprises et donc limite les profits pour les investisseurs. Le second concerne l’amortissement des investissements. En effet, sur le long terme, les entreprises polluantes sont sujettes à des durcissements des lois, et des équipements qui auraient promis de bons retours sur investissement risquent de devenir inutilisables plus rapidement que prévu, ce qui, encore une fois, limiterait les retombées positives pour les investisseurs.

Ainsi, cette initiative écologique vise à ôter le brouillard autour des petits indices regroupant les énergies durables, au travers d’études mettant en avant les profits réalisables grâce à l’énergie propre: en effet, comme le dit Alexandre Jorius, «le secteur des énergies renouvelables croît tout autant que le secteur des énergies polluantes». Et, à terme, «2 degrees investing initiative» pense même à collaborer avec les créateurs d’indices pour les modifier afin qu’ils couvrent toute l’économie et incluent dans les gros indices des «énergies vertes».