«Blurred Lines» au Conseil
29 octobre 2013 - Image par Luiz Takei
La motion pour bannir la chanson ne passe pas.

L’Association Étudiante de l’Université McGill (AÉUM) a tenu son quatrième conseil législatif le jeudi 24 Octobre.

La rencontre a été marquée par un vif débat concernant la seule motion proposée, qui proposait que la chanson «Blurred Lines» de Robin Thicke soit bannie du bâtiment Shatner.

«Cette chanson promeut la culture du viol, et va à l’encontre de notre politique d’équité», explique Sarah Southey, représentante de l’Association des Étudiants en Sciences (Science Undergraduate Society, SUS), et une des auteures de la motion. «C’est une chanson pouvant déclencher des émotions chez les survivants d’agressions sexuelles».

Mojdeh Afshin, le représentant de la Faculté dentaire de McGill, s’est exprimé en faveur de la motion, pointant du doigt le panneau «espace sécuritaire» derrière lui. «Le but de l’espace sécuritaire est que tout le monde reçoive le respect auquel ils ont droit. Si une personne avait été victime d’agression sexuelle, recevrait-elle le respect auquel elle a droit?», a-t-il demandé.

«Blurred Lines» a été le sujet de nombreuses polémiques cette année, notamment en raison de son clip vidéo et ses paroles, accusés d’être dégradants envers l’image de la femme, et promouvant la culture du viol. Plusieurs universités en Europe l’ont bannie de leur campus, créant alors un précédent pour la motion présentée à l’AÉUM.

Katie Larson, la présidente de l’AÉUM, et Brian Farnan, vice-président aux affaires internes, se sont clairement opposés à la motion. Ce dernier a déclaré «[La motion] est la chose la plus proche possible de la censure», ajoutant que «c’est la chose la plus effrayante que j’aie entendu». Katie Larson a elle aussi mis en garde le conseil des dangers de la censure: «Cela ouvrirait la boite de Pandore de la censure de musique. Est ce que c’est juste cette chanson? Jusqu’où voulons-nous aller avec ça?» Ils ont soulevé le fait qu’il y a, selon eux, un grand nombre de chansons à connotation misogyne, et qu’il serait difficile de fixer la limite entre celles que l’AÉUM devrait bannir.

Après plus d’une heure et demie de débat, la motion a finalement été rejetée, avec 7 votes en faveur, 8 en opposition et 11 abstentions.

Par ailleurs, deux invités étaient présents lors du conseil: Lev Bukhman, fondateur de l’Alliance pour la santé étudiante au Québec (ASEQ) et David Gray-Donald, coordonnateur de la durabilité à l’AÉUM.

L’ASEQ est le service qui fournit le régime d’assurance maladie aux étudiants membres de l’AÉUM. Lev Bukhman a présenté le lancement d’une nouvelle application qui permet aux étudiants de soumettre une demande d’indemnisation en prenant en photo leur reçu.

David Donald-Gray a, quant à lui, présenté le rapport de durabilité de l’AÉUM de l’année 2012-2013, mettant l’accent sur le projet Vision 2020.