Conseil de l’AÉUM : retour sur l’AG
15 octobre 2013
Retour sur l’échec de l’Assemblée Générale de mercredi dernier et motions pour le référendum d’automne.

L’Association étudiante de l’Université McGill (AÉUM) a tenu le jeudi 10 octobre dernier son troisième conseil législatif de la session, au lendemain de son assemblée générale biannuelle.

Visite de Suzanne Fortier

La principale de McGill, Suzanne Fortier, était présente jeudi soir dans la salle Lev-Buckman du bâtiment Shatner, en réponse à l’invitation de la présidente de l’AÉUM, Katie Larson, et de la vice-présidente aux affaires universitaires, Joey Shea.

«Je voulais avoir une idée de comment fonctionne votre communauté. Il y a beaucoup de choses qui ont changé depuis le temps où j’étais moi-même étudiante ici […]. Alors c’est important pour moi de passer beaucoup de temps avec les étudiants», a déclaré Suzanne Fortier au Conseil. «Je commence d’ailleurs à être une ‘’habituée’’ de l’AÉUM», a-t-elle ajouté.

Dans son discours au Conseil, la principale a rappelé ses priorités pour ses premiers mois à McGill. «Il faut construire une relation basée sur la confiance et le respect. Je suis dans mon premier mois, et je suis consciente qu’en un mois que je ne peux pas demander aux gens de m’accorder leur confiance. Mais je suis très attachée à mes engagements».

Suzanne Fortier est ensuite restée pour une courte période de questions. Les conseillers et membres de l’exécutif de l’AÉUM ont eu l’occasion d’aborder avec elle plusieurs sujets de l’actualité mcgilloise et québécoise, tel que la transparence, le projet de charte des valeurs québécoises et les barrières à bicyclettes à l’entrée Milton à McGill.

Midnight Kitchen

Le Conseil a débattu jeudi soir sur deux motions (déjà été présentées une première fois au précédent conseil de l’AÉUM) concernant la cantine communautaire de McGill Midnight Kitchen (MK). Ces motions portaient sur le soutien de l’Association à MK pour son référendum d’existence et d’augmentation des frais de cotisation étudiante.

Quatre représentants de MK étaient présents pour défendre le service et la demande d’augmentation des frais. «MK a atteint un niveau de ‘’surcapacité’’; les portions sont de plus en plus petites en raison de la grande demande». Les représentants ont expliqué qu’ils souhaiteraient acheter du nouveau matériel, mieux payer les employés qui travaillent à MK, et pouvoir créer aussi un système de petits déjeuners.

La motion sur le référendum d’existence a été rapidement adoptée par le Conseil. La vice-présidente Joey Shea a insisté sur le fait que MK est un service «unique» à McGill, «véritablement utile pour beaucoup d’étudiants qui n’ont pas les moyens de s’offrir un bon repas tous les jours».

En revanche, la motion sur l’augmentation de frais a été discutée plus longtemps. Les représentants de MK ont dû expliquer en détails leur budget, à la surprise d’ailleurs de plusieurs conseillers dont Courtney Ayukawa (Arts et Science), qui s’est étonnée qu’on «débatte à propos du budget de cette association qui demande simplement notre soutien».

La motion est finalement passée.

Autres motions

Une motion pour soutenir l’augmentation des frais pour le service de garderie de l’AÉUM a rapidement été adoptée.

Une série de motions portant sur les politiques de communication de l’AÉUM, présentées par le vice-président aux affaires internes Brian Farnan, ont également été débattues. Ces motions proposaient l’adoption d’un Guide de communication pour l’AÉUM, d’un guide de style, et enfin d’une stratégie de communication (pour un an, renouvelable chaque année). Les trois motions sont passées.

Retour sur l’Assemblée Générale

Le conseil de jeudi soir a également été l’occasion de revenir sur l’Assemblée Générale de l’AÉUM qui s’était tenue la veille, avec seulement une cinquantaine d’étudiants présents. Tous les conseillers et membres de l’exécutif ont regretté le manque d’implication des étudiants.

Plusieurs conseillers ont déploré le manque de publicisation de l’événement. Des annonces avaient été publiées dans Le Délit et le Daily, mais, par exemple, il n’y avait aucune affiche sur le campus. La présidente Katie Larson a déclaré qu’elle n’avait pas vu l’utilité d’imprimer des affiches, qui coûtent d’ailleurs très cher, mais qu’elle s’était peut être «trompée à ce sujet». Elle a rappelé être ouverte à «toutes suggestions, toutes possibilités pour que la prochaine Assemblée Générale rencontre plus de succès».

Il a été suggéré de rédiger une motion qui rendrait obligatoire la présence à l’AG des représentants étudiants de toutes les facultés.

La sénatrice Claire Stewart-Kanigan a également rappelé l’importance de faire des annonces dans les cours.

En ce qui concerne le fait de proposer de la nourriture et des boissons à l’AG pour «attirer» les étudiants, Katie Larson s’est dite peu convaincue. «C’est vrai que les assemblées générales ne sont pas des événements facile à promouvoir, ce n’est pas facile d’y faire venir les étudiants. Mais je ne pense pas non plus qu’on devrait promettre une «récompense» à ceux qui viennent. Dans tous les cas les étudiants viendront simplement manger et repartiront».

Finalement, un comité spécial a été formé pour discuter plus en détails de l’échec de l’AG.

Lors d’une «réunion spéciale» qui s’est tenue tout de suite après le conseil législatif, les motions proposées à l’Assemblée Générale – pour la modification de la Constitution de l’AÉUM et contre le projet de charte des valeurs québécoises – ont été adoptées par le conseil.