Studio maison
1 octobre 2013 - Image par Gwenn Duval
Expérience: exposition de peinture dans une maison d’Outremont.

Pourquoi cette exposition? «Parce que nous avions le temps et l’espace». Voilà ce que répond Ariel Méthot, qui s’est joint à Alicia Mersy, Ariane Leblanc, Bahia Haddam et Emmanuel Mauriès-Rinfret dans le cadre de l’«EXPOSITION DE PEINTURE». Le projet, qui rassemble plusieurs artistes devenus amis au cours d’un voyage à Londres, aboutissait sur une exposition ouverte au public du 25 au 28 septembre dans une maison d’Outremont. L’espace de création, c’est justement cette maison qui appartient à Sarah Altmejd, fraîchement revenue d’un long séjour à l’étranger. Tout est parti d’une proposition qu’elle a faite à ses amis peintres: monter une exposition en deux semaines avant le début de travaux de rénovation.  Comme le souligne Bahia «on a tout de suite accepté l’offre! Ce n’est pas facile de trouver un studio et là, c’était gratuit». Cette gratuité, c’est aussi un moteur pour les jeunes artistes qui refusent de freiner le passage des idées par manque de moyens financiers. De la peinture sur toile en gélatine à la projection sonore, en passant par des installations bricolées avec des matériaux de récupération, l’ensemble de l’exposition révèle le mélange et les échanges qui sont intervenus entre les cinq amis tout au long du processus de création. Par exemple, il y a du scotch vert d’architecte un peu partout. Le matériel de rénovation côtoie les œuvres et même, il les complète. En regardant attentivement on remarque quelques traces de chaussures sur certains tableaux, on pourrait presque jouer à reconnaître qui est passé par là. Ne vous attendez pas à deviner qui a peint quoi… cela on ne le sait pas, aucune signature! En ajoutant au mélange quelques œuvres des enfants de Sarah âgés de deux, quatre et six ans, comment savoir sans indice que ce sont bien eux les auteurs des petits Pollack dans l’escalier? Ariel explique que les enfants sont au cœur de la relation puisqu’Ariane et Bahia s’en sont occupés à Londres et qu’ils font donc partie intégrante du projet. Il ajoute, rieur; «Les gens croyaient que c’était moi… mais non… on a juste le même style!».

Quoi qu’il en soit, le soir du vernissage, la maison est pleine. L’ambiance est à son comble, musique, nez en l’air, les visiteurs se promènent dans l’étonnant espace d’exposition. Isabelle et Antoine connaissent les artistes mais affirment tout de même être venus principalement par curiosité, «le titre qui en dit long ne dit rien alors il faut bien venir voir!». «L’EXPOSITION DE PEINTURE» est une sorte de ragoût, de patchwork et l’espace dans lequel elle est présentée fait partie intégrante du processus artistique. Le caractère éphémère du lieu, à cause des rénovations prochaines, rajoute un intérêt supplémentaire. On n’aurait pas pu rêver mieux pour une exposition in situ. Mais malheureusement le temps passe et Bahia Haddam part dans deux semaines pour le Japon dans une résidence d’artistes où elle a l’intention d’enseigner l’anglais à des enfants.