Inondation à l’Université McGill
28 janvier 2013 - Image par Nicolas Quiazua

McGill a été victime d’une inondation ce lundi 28 janvier, alors que le réservoir McTavish s’est ouvert en fin de journée, autour de 16h.
Celui-ci, en place sous la pente sud de Mont Royal, soit en face du bâtiment de l’éducation, a cédé sur un site de construction. «Une conduite d’eau de 90 cm de diamètre s’est brisée à la suite d’un accident de chantier» selon Le Devoir.
Trente-sept millions de gallons ont par conséquent commencé à découler sur McTavish, Dr-Penfield et University vers 16 heures 20, avant de revenir sous le contrôle des services des eaux de la Ville de Montréal à 19 heures 30. Ces derniers ont refusés de commenter au moment de l’inondation.

Dès le début de la fuite, tous les services de sécurité de l’Université McGill se sont mis sur le qui-vive. À première vue, une coordonatrice de la sécurité explique au Délit que «le but premier est d’être sûr que personne n’est blessé», assurant cependant que le bâtiment de l’AÉUM ne sera pas évacué.
Vingt minutes plus tard, apprenant que le sous-sol et premier étage de plusieurs bâtiments de l’université sont recouverts d’eau, dont la librairie McGill ainsi que le Point de Service, la sécurité a toutefois demandé à tous les étudiants présents dans l’AÉUM, dont les rédacteurs du Délit, de quitter les lieux.
Entre temps, les pompiers, joints au téléphone, ont affirmé que tout était mis en place «pour prendre le contrôle du problème et minimiser les dégâts».
Selon LaPresse, le secteur entre la rue Sherbrooke et le boulevard René-Levesque fut inondé, ainsi que la rue Peel et l’avenue Union et ça jusqu’à tard dans la soirée. Selon les dires du Devoir, deux personnes auraient «été légèrement blessées».

Mardi le 29 janvier, plusieurs bâtiments, notamment dans le secteur de la rue Université, étaient fermés et les cours annulés. À ce jour, plusieurs fuites existent toujours ; l’Université McGill tient néanmoins à préciser qu’elles «ne pose aucun problème pour les bâtiments de l’université».