Nouveau doyen à la vie étudiante
13 novembre 2012 - Image par Hera Chan
Le professeur André Costopoulos est nommé au poste de doyen à la vie étudiante.

Le 1er novembre dernier, le vice-principal exécutif de McGill, Anthony C. Masi a annoncé à la communauté mcgilloise, via un courriel, la nomination du professeur André Costopoulos comme nouveau doyen à la vie étudiante.

André Costopoulos est professeur au département d’anthropologie de McGill depuis 2003. Il occupait jusqu’à ce jour le poste de vice-doyen (affaires étudiantes) de la faculté des Arts.

En entrevue avec Le Délit, le professeur Costopoulos explique les raisons qui l’ont poussé à poser sa candidature pour devenir vice-doyen à la vie étudiante. «Je pense qu’il y a beaucoup d’opportunités en ce moment pour régler des problèmes, des problèmes qui deviennent plus évidents avec le temps, au niveau par exemple des relations entre l’administration et les étudiants, ou les étudiants et les professeurs».

Le doyen à la vie étudiante joue un rôle pivot à McGill. «Rendant compte au premier vice-principal exécutif adjoint (vie étudiante et études), le doyen à la vie étudiante a pour mission fondamentale de protéger les droits des étudiants, de promouvoir l’intégrité académique et de veiller de façon impartiale sur le Code de conduite de l’étudiant et des procédures disciplinaires», écrit Anthony Masi dans son courriel.

«C’est une chance d’entretenir et d’améliorer les ponts qui existent entre les différents éléments de l’université», soutient André Costopoulos. Pour lui, «travailler sur ces ponts» est sa motivation principale. 

Une des tâches principales du doyen à la vie étudiante est de veiller sur le code de conduite de l’étudiant. Dans le contexte actuel, avec la sortie du rapport Manfredi dont une des recommandations est la réforme de ce code, cette tâche est d’autant plus importante.

«Le code, c’est une belle construction théorique, mais quand vient le temps de l’appliquer, ça pose des problèmes», dit André Costopoulos. «En tant qu’officier disciplinaire dans les années précédentes, c’est-à-dire en tant que personne qui faisait l’application des règles de ce code, j’ai eu la chance de voir personnellement les endroits dans le code où il y a peut-être des lacunes […]. J’ai eu l’occasion de penser à ces problèmes d’application et je pense à des solutions à ces problèmes. Je vais proposer certaines solutions après avoir consulté les étudiants, les professeurs, l’administration, les membres du personnel, qui ont tous des visions différentes sur l’application du code».

Après avoir «écouté» ces différentes visions, André Costopoulos explique l’importance de comprendre les perspectives, et d’expliquer aux autres la perspective des uns. «En tant qu’anthropologue, je suis entraîné à essayer de voir les problèmes de la perspective des autres», ajoute le professeur Costopoulos.

André Costpoulos était officier disciplinaire depuis presque quatre ans. L’année dernière, il a été impliqué dans l’application de sanctions suite aux occupations du bâtiment James et aux manifestations, notamment. Sa nomination à un poste où il devra réformer le même code qu’il a fait appliquer l’année dernière peut soulever certaines questions et inquiétudes. «C’est certain que je comprendrais si des étudiants ou membres de la communauté exprimaient une inquiétude à ce niveau-là. Je pense que la meilleure chose que je puisse faire c’est les inviter à venir m’en parler et puis exprimer cette inquiétude, je vais certainement en discuter. Je pense retirer de cette expérience d’application du code des leçons qui seront nécessaires à une certaine réforme.»

Le professeur André Costopoulos occupera ses nouvelles fonctions dès le 15 novembre prochain et son mandat durera jusqu’au 30 juin 2016. Son remplaçant au poste de vice-doyen (affaires universitaires) de la Faculté des Arts devrait être annoncé dans les prochains jours. «Il n’y aura pas de période où il n’y a personne à la barre», affirme André Costopoulos.

Linda Starkey, doyenne intérimaire à la vie étudiante depuis le 1er août 2012, reprendra ses fonctions en tant que vice-doyenne à la vie étudiante. Elle finira son mandat comme prévu le 30 avril 2013.  Dans un courriel au Délit, Linda Starkey explique avoir été nommée doyenne pour permettre une transition après le départ de la doyenne Jane Everett. «J’ai été heureuse de contribuer à combler cet intervalle alors que le Comité consultatif pour la sélection du doyen à la vie étudiante achevait ses travaux», dit-elle.