Meurtre et mystère 2.0
6 novembre 2012
Le Judas propose un jeu en réalité alternée

Nous avons tous déjà joué au moins une fois dans notre vie au mythique Clue, le jeu de société simulant un meurtre et pendant lequel les joueurs doivent démasquer le coupable. Les jeux de types Meurtre et Mystère ont toujours été très populaires et synonymes d’un succès presque assuré. Cette fois, le concept est repris par le réalisateur Ziad Touma dans le cadre du Judas, une nouvelle série web en réalité altérée.

Le Judas, c’est l’histoire de six habitants d’un immeuble soupçonnés du meurtre de leur propriétaire, Zéphyr St-Ambroise. Ce dernier a placé des caméras de surveillance dans les appartements de ses locataires afin de revendre les vidéos sur des sites Internet de voyeurisme, leur procurant à tous un motif pour son assassinat. Le but du jeu: aider la détective Ève Lévesque à déterminer qui est le coupable.

En France, l’un des exemples les plus connus de série web serait la série Bref, créée par Kyan Khojandi, maintenant diffusée ici sur les ondes d’Addik TV. Plus près de nous, au Québec, nous avons eu Les chroniques d’une mère indigne ou encore En audition avec Simon. Cependant, cette fois-ci, la recette est légèrement différente puisqu’on propose un concept de réalité altérée où l’internaute peut s’impliquer, participer à l’histoire et où, après les six semaines de l’aventure, un grand gagnant recevra un bon d’achat de 6 000$ chez Future Shop.

Pour commencer l’histoire, il faut d’abord s’inscrire sur le site, puisque chaque participant pourra récolter des points tout au long de l’histoire. Depuis le 23 octobre, chaque semaine, une capsule vidéo est mise en ligne contenant des indices et dévoilant des «images d’archives» récoltées par les caméras du propriétaire pendant le mois précédant sa mort. Là où le concept devient particulièrement intéressant, c’est que chaque capsule est accompagnée d’une série de missions, au niveau de complexité variable, que donne la détective. Celle-ci communique avec l’internaute via une fenêtre de chat simulé. Plusieurs pièces à convictions (relevés de banque, messages texte, factures, vidéos, etc.) sont mises à la disposition du participant afin qu’il les examine sous toutes leurs coutures, en zoomant dans les images et en jouant avec la luminosité des séquences, tout ça dans le but de trouver les réponses aux questions et missions attribuées par Ève Lévesque. Il s’agit du principal moyen pour récolter les points qui permettront à plusieurs internautes de gagner des prix.
En effet, dix chanceux auront l’opportunité de rejoindre la détective sur les lieux du crime pour le tournage de la dernière capsule pendant laquelle le mystère sera résolu. Ces participants recevront chacun une paire de lunettes-caméra, et le grand gagnant une carte cadeau Future Shop d’une valeur de 6 000$. Plusieurs autres prix totalisant 4 000$ seront également distribués parmi les internautes qui auront amassé assez de points. Il est possible de cumuler un maximum de 22 300 points en exécutant plusieurs tâches. Des points sont attribués à ceux qui écoutent les assemblages, visionnent les pièces à conviction et exécutent les missions. Ces dernières demandent d’aller voir les pages Facebook des personnages, de visiter des sites Internet fictifs et également de répondre aux questions et indices envoyés par messages texte, ou encore par courriel. La participation au projet est donc primordiale pour vivre l’expérience au maximum!

Le lancement du Judas s’est déroulé le mercredi 17 octobre dernier dans le cadre du Festival du Nouveau Cinéma avec une impressionnante mise en scène. La détective Ève Lévèsque (Édith Cochrane) et les forces de l’ordre fictives ont fait irruption lors d’une soirée afin d’y questionner et d’y arrêter les six suspects dans l’affaire, dont Mylène Saint-Sauveur (Thea St-Ambroise dans la série) qui était la DJ de la soirée pour l’occasion. La série était en nomination dans la sélection internationale pour la meilleure œuvre interactive du FNC Lab. Le prix est cependant revenu à Bear 7, une autre expérience web interactive. Ziad Touma réinvente à merveille le concept classique du meurtre et mystère avec Le Judas, permettant à tous de s’improviser détectives en herbe. Malgré le site Internet parfois un peu lent, il est très agréable de naviguer dans l’interface un peu glauque qui crée une ambiance parfaite. Le Judas est assurément une série web qui vaut le détour et qui prouve encore une fois que le cinéma et la télévision d’ici vivent très bien le passage dans le cyberespace!