McGill rayée du palmarès
23 octobre 2012

L’Université McGill ne figure désormais plus sur la liste des 100 meilleurs employeurs au Canada, place qu’elle occupait depuis 4 ans. C’est ce que révèle le classement 2013 paru à la mi-octobre du guide annuel des meilleurs employeurs canadiens.

Lynne Gervais, vice-présidente associée aux ressources humaines de McGill, témoignait  son étonnement et sa «déception face à cette nouvelle». Elle ne croit toutefois pas que les grèves de MUNACA ou les coupures dans les postes du personnel des employés de soutien soient la cause de ce déclassement. Selon elle, le choix des meilleurs employeurs est fondé sur l’amélioration constante des conditions de travail, et McGill aurait opté pour le statu quo sur ce plan.

David Roseman, vice-président des relations au travail de MUNACA, ne comprend pas nécessairement les fondements de ce classement «ni d’ailleurs pourquoi McGill y figurait l’année dernière».

Sur le site Internet des 100 meilleurs endroits pour travailler, les 8 critères de sélection sont énumérés: caractéristiques physiques du lieu de travail, atmosphère et côté social, bénéfices de santé, financiers et familiaux, vacances, communication entre les employés, administration de la performance, formation et développement des habiletés et implication dans la communauté.

Lyne Gervais critique le classement sur le fait qu’il «n’est pas fondé sur ce que les employés ressentent».