Entre images et sons
2 octobre 2012 - Image par Giselle Galvao
Nohista et Byetone présentaient leurs nouveaux spectacles jeudi au Centre PHI.

C’est avec une légère angoisse qu’on pénètre dans la petite salle de l’Espace A du Centre PHI – une atmosphère sombre, une musique basse aux accents électroniques, des spots rouges qui clignotent de façon irrégulière et révèlent par intermittence une scène un peu surélevée et un immense écran blanc. Nous sommes dans un lieu à part, entre le cinéma et la boîte de nuit. Jeudi dernier, Nohista et Byetone, deux des grands noms de la performance audiovisuelle, ont présenté leurs dernières créations devant un public conquis, quoique surpris.

C’est l’artiste français Nohista qui ouvre la soirée, avec un spectacle portant sur l’individu et sa place dans la société contemporaine. Les images projetées montrent une ou plusieurs silhouettes marchant au milieu d’une foule: on a l’impression que ces corps ne peuvent pas avancer, car, par des jeux de couleurs, de lumières, et des flash back, les silhouettes semblent sans cesse revenir à leur point de départ. Les sons utilisés, répétitifs et minimalistes, renforcent cette impression de blocage. L’ambiance est entre le lounge et l’électro, et le mariage des images et des sons crée une litanie psychédélique. Si la performance est courte (une vingtaine de minutes seulement) elle demande pourtant une forte implication de la part du spectateur. En effet, c’est tous les sens qui sont sollicités: la vue et l’ouïe sont constamment bombardées d’informations nouvelles et violentes et le spectacle demande une attention constante.

Après une courte pause, c’est au tour de l’artiste allemand Byetone d’entrer en scène. Avec le succès de son dernier opus, Symeta, sorti en 2011, Byetone est aujourd’hui l’un des pionniers de la scène des performances audiovisuelles. Ce soir-là, il présente ses dernières productions. L’ambiance contraste beaucoup avec le spectacle précédent: la musique se durcit, les sons sont plus électroniques et violents; on quitte le figuratif pour faire face à des images monochromes, des formes géométriques, des lignes. «Ma musique aspire à déclencher l’impulsion physique qui incite à danser. Mes visuels ciblent aussi une expérience physique connexe pour stimuler davantage l’impact musical. Ainsi, j’essaie de créer un interéchange entre les langages visuel et musical», explique Byetone, montrant que le lien entre la musique et l’image est véritablement au centre du travail de création. La foule se prend au jeu, la salle devient une grande piste de danse; après l’étonnement initial, le public est finalement enthousiaste.

Les performances audiovisuelles se sont multipliées ces dernières années, avec l’essor des nouvelles technologies et de leur application à l’art. Ce qui les caractérise, c’est sûrement leur rapport au travail de la scène et l’importance du live dans les expérimentations et les créations. Outre son travail d’artiste, Byetone est également à l’origine du label «Raster-Noton», qui travaille sur la musique électronique minimaliste et les performances audiovisuelles. Cette influence minimaliste se ressent par ailleurs dans ses propres productions.

Les deux performances données au Centre PHI sont des bons exemples du travail de la musique et de l’image lié aux nouvelles technologies. Le résultat ne peut pas laisser insensible: c’est l’un de ces spectacles qu’on aime ou qu’on déteste, mais qui ne laisse pas indifférent. Pour ma part, je reconnais qu’il m’a fallu du temps pour vraiment accepter de me laisser porter par les deux performances. Il faut consentir à partir loin de ce que l’on connaît, à lâcher prise avec un certain type d’art et de spectacles auxquels nous sommes habitués, à impliquer son corps et toutes ses émotions dans la performance. Si cela n’est pas forcément facile, le jeu en vaut la chandelle: on ressort finalement de cette petite salle la tête pleine de nouvelles découvertes, et avec l’impression d’avoir vécu quelque chose de nouveau et de particulier. Un art encore assez peu connu, qui mérite une plus grande attention.