« Don’t fuck with notre éducation »
2 février 2012
Plus d’une centaine d’étudiants prennent la rue pour revendiquer la gratuité scolaire.

Dès 11 heures ce matin, autant des étudiants de Concordia, de l’UQAM, de l’UdeM que de McGill se sont donnés rendez-vous au pavillon Hall de l’université Concordia afin de manifester contre la hausse des frais de scolarité. Des banderoles indiquant « L’éducation n’est pas une marchandise », « Education is a right » et « Grève générale » étaient monnaie courante.

Le discours porté par les participants reflétait une rhétorique anticapitaliste. « La lutte étudiante, c’est aussi la lutte des classes », avançait une étudiante en sociologie de l’UQAM. Parmi les nombreux tracts distribués, un en particulier clamait que « Le capitalisme n’est pas en crise ; le capitalisme, c’est la crise ». Ainsi, la manifestation mettait davantage l’accent sur les faille du système capitaliste que sur la hausse des frais de scolarité.

Peu après midi, les manifestants ont marché sur le campus de McGill, faisant irruption dans la bibliothèque McLennan. Alors que les étudiants à l’intérieur demeuraient impassibles, les travailleurs de MUNACA applaudissaient et encourageaient ces derniers : « Keep on going guys, this is the same fight » a même scandé un employé de la bibliothèque. La foule s’est ensuite déplacée dans le bâtiment de l’AÉUM afin de continuer à propager leur message.

Jim Nicell, vice-principal (University Services), a envoyé à midi un courriel  pour prévenir qu’un groupe d’environ 100 étudiants se dirigeaient vers le campus de McGill et précisait: « la manifestation est pacifique ».

La manifestation survient alors que plusieurs associations étudiantes sont en processus pour voter en faveur d’une grève générale. La manifestation poursuit son chemin vers l’UQAM.