Coup d’œil sur l’art contemporain en Europe
27 novembre 2011
L’art italien et espagnol, ce n’est pas que Picasso, Goya, de Vinci ou Michel-Ange: l’engouement des courants plus récents y existe tout autant.

Les nouvelles que le Québec reçoit de son cousin européen portent pour une fois sur la culture plutôt que la crise de l’euro et l’instabilité. Pourtant, la scène artistique européenne, bien que soumise à un vent d’inquiétude, ne se laisse pas intimider par le contexte économique peu clément. Le Délit propose un aperçu d’événements artistiques en vedette en Italie et en Espagne.

Turin: Luci d’artista

Logée entre le Pô et les Alpes, Turin offre un cadre magique pour toute intervention artistique, puisque la ville de dimension relativement importante conserve un charme de conte de fées. Plutôt que d’opter pour les simples décorations de Noël, la ville collabore avec des artistes contemporains pour créer des œuvres lumineuses qui embellissent la ville jusqu’en janvier. L’imagination n’a pas de limites quand il s’agit de vêtir la ville piémontaise où le paysage urbain devient une gigantesque toile d’art contemporain.

Sebastiano Pellion di Persano
Artissima: Foire internationale d’art contemporain

Puisque l’automne est dédié à l’art contemporain, quoi de plus représentatif qu’une foire où les galeries internationales viennent vendre leur dernier protégé! À caractère périodique, la foire consiste en un rassemblement commercial qui propose un produit: l’art contemporain. Située dans le gigantesque espace de l’Oval construit pour les Jeux Olympiques de 2006, la foire Artissima réunit un public composé de collectionneurs et d’étudiants. On s’y rend pour regarder, apprécier, flâner et surtout se laisser submerger par la quantité et la variété des propositions de la scène artistique actuelle. Le grand mérite de cette foire internationale est de faire du monde de l’art contemporain un lieu d’expérimentation et de découvertes.

Heureusement, le curieux n’est pas laissé à lui-même: parmi les activités notables visant à sensibiliser le néophyte, on retrouve notamment le «Écoutez qui écrit», une promenade guidée à travers les stands par les chroniqueurs culturels ou encore le Collector’s walk, une visite guidée cette fois-ci par un acheteur habitué et connu des galeristes.

Feria de l’estampe, 19e édition

Madrid est autant la ville des musées éternels que des petites salles d’exposition presque familiales dans le quartier très typé castizo d’Anton Martin. la ville regorge également de galeries toutes plus huppées les unes que les autres, condensées autour de la Bibliothèque Nationale. Ces galeries madrilènes s’unissent à d’autres galeries de la péninsule et quelques galeries internationales autour d’un thème particulier: l’estampe.

L’estampe, medium moins connu que la peinture, se caractérise par l’intimité que procure en général l’œuvre imprimée. Son caractère reproductible en fait une œuvre plus abordable qu’une peinture; un bon moyen de commencer votre propre collection d’art contemporain! Cette Feria Estampa Arte Múltiple se concentre sur l’art sériel qui inclue musique et vidéo, avec toutefois une majorité d’estampes traditionnelles: lithographie, sérigraphie, gravure.

Malgré une crise financière qui s’étire –l’affluence des visiteurs ne compense pas la perte des acheteurs– l’événement ne recule pas devant le risque et présente une section dédiée aux réalisations moins traditionnelles, soulignant de ce fait que l’Espagne reste un point d’attraction dynamique et rassembleur en art contemporain, et ce au niveau international.