McGill, c’est nous aussi
22 novembre 2011
Lettre de membres du personnel des bureaux de la principale et du vice-principal exécutif

Nous sommes sept employées et nous étions au 5e étage du Pavillon de l’administration James le jeudi 10 novembre, lorsque quatorze manifestants sont entrés de force et ont occupé notre espace de travail.

Nous souhaitons ajouter notre voix et rendre notre expérience publique afin de brosser un portrait plus complet des événements qui se sont produits lors de cette journée.

Nous tenons également à ce que l’on sache que nous sommes en désaccord avec la version des faits présentés dans la lettre –signée par les quatorze individus qui ont occupé notre bureau– publiée dans l’édition du 13 novembre du McGill Daily.

Cette manifestation n’était pas pacifique; ce que nous avons subi était de l’intimidation, et une violation et une restriction de notre liberté.

Sur la bannière qu’ont suspendue les manifestants à partir d’une fenêtre de nos bureaux, on pouvait lire «Occupons McGill», le terme qu’ont utilisé les médias étudiants pour décrire les événements qui ont eu lieu. Nous jugeons inacceptable qu’une occupation agressive de notre espace de travail soit associée à un mouvement pacifique mondial.

Nous ne sommes pas des barons du pétrole, ni des banquiers de Wall Street. Nous faisons ce travail parce que nous croyons en McGill et que nous accordons une grande importance à l’enseignement supérieur. Par notre travail, nous soutenons la communauté mcgilloise –étudiants, professeurs, administration– et nous en sommes fiers.

Les personnes qui se sont introduites dans nos bureaux n’ont pas agi comme de véritables mcgillois.

Ils n’étaient pas pacifiques. Ils ont bloqué l’accès à notre réception pour ensuite bousculer une employée et forcer une porte verrouillée menant aux bureaux de la principale et du vice-principal exécutif.

Ils ont pris d’assaut notre espace de travail et ont tenté de se barricader derrière des meubles de bureau, à l’intérieur d’espaces où se trouvaient des documents confidentiels.

Ils ont refusé de s’identifier. Certains d’entre eux étaient cagoulés et avaient masqué leur visage d’un foulard.

On les a invités à discuter de leurs préoccupations ou à expliquer les raisons pour lesquelles ils occupaient nos bureaux, ce qu’ils ont refusé de faire.

Ils ont de nouveau repoussé une employée et sont entrés dans le bureau de la principale. Lorsque la sécurité est arrivée et leur a demandé de quitter les lieux, certains ont refusé.

Ils ont insulté les employés de la sécurité, et les ont traités de […] cochons.

En fin de journée le 10 novembre, dans un lieu que nous croyions sécuritaire, nous avons été menacés et intimidés. Lorsque le personnel de sécurité a tenté de nous accompagner à l’extérieur, de nombreux manifestants ont entouré le pavillon et nous ont bloqué la voie.

De la fenêtre de notre bureau, nous avons été témoins de l’affrontement entre les manifestants et les policiers, et avons alors compris le sentiment que pouvaient ressentir bon nombre de passants et de manifestants véritablement pacifiques. La rage et le comportement irrationnel de quelques-uns ont entièrement pris d’assaut une journée de manifestation soigneusement planifiée. La sécurité de ceux qui se trouvaient à l’intérieur et à l’extérieur du pavillon James a été compromise par les gestes de certains; on peut se demander si ces derniers ne sont pas le 1%.

L’espace qui a été occupé de force le 10 novembre est l’espace où nous travaillons chaque jour. Et même si les manifestants n’ont pas tenu compte de nous, il n’en reste pas moins que McGill, c’est nous aussi.

Les quatorze individus qui ont fait irruption dans nos bureaux ont publié un compte-rendu de leurs soi-disant actes héroïques; un compte-rendu qu’ils n’ont pourtant pas signé.

McGill, c’est nous aussi, et en apposant notre nom au bas de cette lettre, nous espérons leur rappeler ce que cela veut dire.

Susan Aberman
Liisa Stephenson
Caroline Baril
Deidre McCabe
Laura D’Angelo
Katherine Wong
Djénane Andre

La lettre des occupant était publiée dans l’édition du 15 novembre du Délit. Huit d’entre eux ont décidé de signer cette lettre qu’ils ont publiée sur Rabble.ca