Une maîtresse et une meneuse
8 novembre 2011
Martha Marcy May Marlene est un thriller psychologique poignant qui raconte l’histoire de Martha (Elizabeth Olsen).

Cette jeune femme particulièrement troublée se sauve d’une secte où elle a habité pendant deux ans et se réfugie chez sa sœur aînée, Lucy (Sarah Paulson). Martha est le véritable nom du personnage interprété par Elizabeth Olsen. Marcy May est le surnom qu’on lui donne dans la secte où elle habite pendant deux ans. Finalement, toutes les femmes de cette secte se présentent comme Marlene Lewis lorsqu’elles répondent au téléphone.

Acclamé par la critique à Cannes et à Sundance, Martha Marcy May Marlene met l’accent sur les multiples problèmes mentaux développées par le personnage de Martha suite à sa fugue de la secte, où elle était victime de nombreux abus dont des agressions sexuelles. Par exemple, un rite de passage pour toutes les femmes est un «processus de nettoyage et de purification» au cours duquel le charismatique leader, Patrick (John Hawkes), les drogue et les viole. Chaque femme tente de convaincre la nouvelle recrue que ceci est un processus normal voire même «agréable» pour la communauté.

Martha souffre clairement de problèmes graves tels que le choc post-traumatique, la paranoïa et l’anxiété. Elle a énormément de difficulté à se réintégrer dans la société et a perdu quelques notions sociales comme celles de porter un maillot de bain pour se baigner en public. Lucy tente en vain de l’aider, mais elle a beaucoup de mal à établir de bons contacts avec Martha. Quant à son mari Ted (Hugh Dancy), il est plutôt impatient et croit, avec raison, que cette dernière a besoin d’aide spécialisée.

Le scénario est complet et ne donne pas trop de détails quant à la raison qui a poussé Martha à se joindre à une secte. Le film présente le passé et la vie actuelle de Martha simultanément. Les parallèles sont judicieusement choisis et faits avec minutie. Les transitions entre la vie actuelle de Martha et son expérience dans la secte sont très discrètes et ont toujours un lien, ce qui amène à démontrer le choc culturel de Martha dans la société. Martha Marcy May Marlene est difficile et un second visionnement peut être nécessaire afin de bien le comprendre.

Parlant de réalisation, il faut aussi mentionner la performance d’acteurs qui sont très bien dirigés. John Hawkes, nominé aux Oscars l’année dernière pour son rôle dans Winter’s Bone, est terrifiant dans le rôle de Patrick. Il rappelle Charles Manson, qui avait créé sa propre «famille» hippie et la contrôlait pour en faire ce qu’il voulait. Patrick, qui ressemble à Manson, charme et met en confiance ses membres pour les manipuler facilement, et bien sûr terrifié les spectateurs

La grande révélation de Martha Marcy May Marlene est bien sûr Elizabeth Olsen. Dans son premier grand rôle au cinéma, la sœur cadette des célèbres jumelles offre une performance solide. Dès le début du film, elle est incroyable et démontre une grande maîtrise de son personnage. Elle est très expressive et joue avec brio une grande variété d’émotions complexes et contradictoires. On passe de la joie à la tristesse, au choc post-traumatique, à la paranoïa et même aux hallucinations. Martha Marcy May Marlene pourrait être un film muet qu’il serait tout de même possible de saisir l’histoire et les multiples émotions de Martha.

Martha Marcy May Marlene est un film très particulier qui mérite d’être vu pour la réalisation réussie, mais surtout pour la performance impressionnante d’Elizabeth Olsen, une des grandes révélations de l’année. Un film qui nous hante et nous trouble par sa complexité et qui mériterait de remporter des prix surtout pour les acteurs. Un bijou à voir ou à revoir.

Martha Marcy May Marlene de Sean Durkin
Avec Elizabeth Olsen, Sarah Paulson, John Hawkes et Hugh Dancy
En salles dès le 4 novembre