Réforme de l’Assemblée générale
8 novembre 2011
J’ai la tâche quelque peu ingrate de vous encourager à participer à la réforme de l’Assemblée générale de l’AÉUM, tout en sachant que la grande majorité d’entre vous n’a jamais participé ou même pensé à participer à une Assemblée générale.

Premièrement, pour les 25 000 d’entre vous qui ont laissé passer l’occasion de participer à une AG, voici un court résumé. Les assemblées générales sont un forum où tous les membres de l’AÉUM peuvent s’exprimer de façon démocratique. Tous les étudiants du premier cycle qui fréquentent le campus du centre-ville peuvent rédiger une motion qui sera présentée en débat, modifiée, et potentiellement acceptée par leurs collègues. Simplement dit, une AG réunit les étudiants pour débattre et voter des décisions politiques.

Mais pourquoi tout ce bla bla au sujet de la démocratie directe? La raison la plus évidente est que vous avez la chance de mobiliser les actions d’une organisation multimillionnaire. Devrions-nous interdire la vente de l’eau embouteillée au bâtiment Shatner? Aimeriez-vous modifier la politique d’investissement de l’AÉUM? Est-ce que d’entrer en grève contre la hausse des frais de scolarité est la solution? Ces polémiques sont toutes des exemples de questions qui ont déjà été soumises par des étudiants à l’AG. S’il y a un sujet qui vous touche passionnément, pourquoi ne pas utiliser la pleine capacité de votre association étudiante pour faire en sorte que vos idées se réalisent?

Hélas, tout ne fonctionne pas comme on l’espère. Historiquement, l’AG était le sujet de nombreuses critiques, notamment la lutte perpétuelle pour atteindre le nombre d’étudiants requis pour satisfaire les exigences du quorum. Bien que j’essaie de vous convaincre des mérites d’une AG, j’admets que nous avons absolument besoin de modifier le processus substantiel de l’Assemblée générale.

Plus précisément, des étudiants soulèvent le point que l’AG tombe au milieu des examens et des dissertations. Pour répondre à cette crainte, nous songeons à déplacer la date de l’AG, soit à la dernière semaine de septembre soit à la première semaine de novembre. Le nombre d’étudiants requis pour  atteindre le quorum est une autre question controversée. Le quorum de l’AG, exigé par nos règlements, est de 100 étudiants. Cependant, une seule faculté ne peut pas constituer la majorité d’étudiants présents. Selon vous, devrait-on élever ou baisser le nombre d’étudiants requis pour prendre une décision législative? Ou, au contraire, devrions-nous garder la restriction facultaire  pour s’assurer qu’une seule faculté ne puisse pas prendre une décision unilatérale?

D’autres encore ont mentionné que l’AG devrait être adaptée aux technologies possibles du 21e siècle et permettre de voter en ligne. L’avantage évident est l’augmentation des étudiants qui participent au vote de l’AG. Cependant, les étudiants pourraient voter sur les résolutions sans avoir entendu un débat éclairé sur le sujet.

Nous ne sommes pas encore arrivés à une décision, et nous avons besoin de vos commentaires. Le Conseil de l’AÉUM débattra des changements proposés au mois de novembre, et vos conseillers ont besoin de savoir ce que vous pensez! Envoyez vos commentaires à president@ssmu.mcgill.ca.