Faire des enfants…
1 novembre 2011
…une œuvre signée Éric Noël

Une fois de plus, le Quat’Sous donne la chance à de nouveaux talents d’exprimer leur plein potentiel sur ses planches. Éric Noël, récipiendaire en 2010 du prix Gratien-Gélinas remis à un auteur de la relève, a écrit cette pièce lors de sa dernière année de formation à l’École nationale de théâtre l’année précédente. C’est là qu’il a rencontré Gaétan Paré et Dany Boudreault. Le premier réalise la mise en scène de la pièce, alors que le second joue le rôle principal. Le but: porter un regard jeune sur les liens de filiation.

Crédit photo: Yanick Macdonald

En effet, si la pièce débute sur musique électro, drogue et prostitution, le tout bascule le jour où Philippe (Dany Boudreault) meurt d’une overdose. Suite au décès, sa famille autrefois dispersée se voit réunie bien malgré elle, dans des circonstances difficiles qui enveniment la situation. Au travers des conflits, le spectateur est confronté à de grands moments d’intensité, toujours sur le fond d’une cruelle splendeur. Les dialogues sont habillements construits par Éric Noël, sans pudeur, pour montrer les personnages dans leurs plus profonds retranchements. Cependant, la pièce aborde presque maladroitement les clichés de la communauté homosexuelle de Montréal, manquant parfois de finesse. Ajouté au fait que l’évolution psychologique des personnages est insatisfaisante, il apparaît clairement que l’auteur novice doit redéfinir son style.

En revanche, Gaétan Paré offre une excellente mise en scène, dépouillée, moderne et attirante, qui saura plaire au plus grand nombre. Il a fait le pari de n’utiliser aucun accessoire et cela sied aisément à la pièce. L’usage particulièrement intéressant de puissants symbolismes, par exemple suite à la mort de Philippe, démontre sa grande maturité. Toutefois, le metteur en scène ponctue les intermèdes d’effets sonores trop présents, ce qui atténue la subtilité du texte. Aussi, la direction homogène des acteurs offre une cohésion souhaitée, et davantage encore dans les moments vifs en émotions.

Ces instants tragiques, joués dignement par la troupe d’acteurs, ne permettent pas d’écarter une évidence: Dany Boudreault rayonne en premier rôle. En effet, il porte une importante responsabilité dans la pièce, et ce malgré son inexpérience, et démontre une grande force de caractère tout au long des scènes de vulnérabilité. Passant de la fête aux orageuses disputes, la sensibilité et l’énergie vive de Boudreault rehaussent le niveau de jeu d’un cran. En ce qui concerne les autres acteurs, les Côté, Daoust, Gadouas, Goulet, Graton et Mercier apportent un peu de leur personnalité sur les planches et offrent une prestation dont ils ne devraient pas rougir.

Reste à savoir maintenant si cette pièce écrite, montée et jouée par un groupe de jeunes talents fraichement sortis des écoles, n’est que leur premier pas dans le monde des grands. Bref, il faut déterminer si elle fera des enfants.

Faire des enfants

Où: Théâtre de Quat’sous

100 avenue des Pins Est

Quand: Jusqu’au 11 novembre 2011