311 millions de plus pour étudier
15 février 2011
La demande de prêts et bourses augmente de 311 millions de dollars.

Selon une récente mise à jour budgétaire, le programme de prêts et bourses canadien nécessite plusieurs millions de dollars additionnels pour rester à flot.

Dans le budget des dépenses de 2010-11, paru le 8 février, le gouvernement fédéral estime avoir besoin de plus de 149 millions de dollars pour rembourser plus de 60 000 dettes de prêts étudiants irrécupérables. De plus, le gouvernement demande plus de 311 millions de dollars pour satisfaire les demandes croissantes de prêts nationaux, un besoin lié en partie à la chute des remboursements.

«C’est alarmant» affirme Dave Molenhuis, président de la Fédération canadienne des étudiants et étudiantes (FCEE). «Ce n’est pas vraiment une surprise, mais c’est quand même inquiétant de constater qu’on a besoin de toujours plus d’argent pour satisfaire un grand nombre d’étudiants qui empruntent des sommes faramineuses – et bien sûr, le gouvernement efface de plus en plus de dettes non-remboursables.»

Raphaël Thézé | Le Délit

Les demandes de financement additionnel pour le Programme canadien des prêts étudiants (PCPE) ne surviennent que quelques mois après la décision du gouvernement conservateur de hausser le plafond des prêts de deux milliards de dollars, quand le programme était à risque de dépasser la limite qui s’élevait alors à quinze milliards.

«À l’automne, nous savions déjà que nous allions nous heurter à un mur» explique Molenhuis, qui fait également remarquer que c’est le moment idéal pour modifier certaines lois qui régissent le PCPE.

«Les efforts faits pour répondre à ce problème sont insuffisants, comme le démontre le fait qu’on doive compenser des dettes inacquittées.»

Un porte-parole des Ressources humaines et Développement des compétences (RHDCC) explique que les 60 000 cas de dettes inacquittées ne représentent qu’une minorité des emprunteurs – moins d’un pourcent de tout le portfolio du PCPE.

«La majorité des emprunts du PCPE sont remboursés à temps» peut-on lire dans un email du département. «Chaque année, seulement une petit portion des comptes de prêts étudiants sont jugés non-remboursables et sont recommandés pour l’annulation.»

En ce qui concerne les demandes croissantes, le département a expliqué qu’en 2009-10, le nombre d’étudiants qui ont emprunté de l’argent au PCPE a connu une augmentation de 10% par rapport à l’année précédente. Les RHDCC estiment une augmentation de 8% pour 2010-11.

«Le Programme canadien des prêts étudiants est un programme officiel qui prête de l’argent à tous les étudiants qualifiés, sans prendre en compte le nombre d’inscrits» expliquait leur email. «Pour des raisons de planification, les prévisions budgétaires du Programme canadien de prêts étudiants sont mises à jour durant l’année et on émet un rapport pour le Parlement.»

Molenhuis a expliqué que la FCEE promet de garder un œil là-dessus. Il dit que «dans le sillage de ces dettes non acquittées, nous allons discuter avec les partis politiques de l’urgence pour régler ces problèmes de dettes croissantes.»

Avec les demandes de financement additionnelles d’autres départements, le gouvernement demande à ce jour près de deux milliards de dollars supplémentaires. Les budgets additionnels sont présentés au Parlement pour une mise à jour quand les dépenses prévues par le budget fédéral changent. De plus, le Parlement doit approuver toutes les nouvelles dépenses.

Le prochain budget fédéral est attendu au mois de mars.

Traduit de l’anglais par Emma Ailinn Hautecœur et révisé par Élise Maciol.