Gros mois de janvier
18 janvier 2011

Il y a un an, le mois de janvier avait été monopolisé dans les médias par le séisme en Haïti qui avait rappelé au monde entier la fragilité de ce petit État des Caraïbes, mais aussi de la vie humaine.

Cette année ne coupera pas à la tradition. En effet, ce mois-ci a été assez chargé côté politique. Non pas au Québec, mais bien dans le monde entier avec plusieurs événements importants sur trois continents différents.

Le premier affectera sûrement la politique française. Il s’agit de l’élection de la fille de Jean-Marie Le Pen, Marine Le Pen, comme présidente du Front National. Il n’est pas question de pointer du doigt les idéologies du Front National, mais bien de féliciter une femme de conviction de son ascension au sein d’un parti politique sans discrimination positive.

Le deuxième est une grave tragédie qui s’est passée en Arizona où une représentante démocrate a été assassinée par un tireur fou déclenchant une foudre médiatique. En effet, les médias américains se sont acharnés sur la nouvelle elle-même, mais, malheureusement, sur un gros n’importe quoi de l’ancienne gouverneure de l’Alaska, Sarah Palin, qui jugeait utile de démentir tout lien avec cette tragédie. Sérieusement, comme si on avait pensé que les républicains étaient derrière le coup! Un peu de sérieux.

Le troisième connaît un dénouement exceptionnel. L’Europe a connu les révolutions des œillets et de velours; nous allons maintenant pouvoir compter la révolution du petit peuple en Tunisie. Loin de moi l’idée de juger de la petitesse du peuple tunisien. Le petit tient au fait que ce sont des gens ordinaires qui ont jugé leur condition insensée et qui se sont révoltés contre la sourde oreille du gouvernement central. Ce faisant, ils ont, grâce au support de l’armée, pu renverser les autorités en place et condamner à l’exil le dictateur en place depuis 23 ans.

Le quatrième est un coup de théâtre. En effet, les efforts de reconstruction en Haïti trainent des pieds, et le second tour des élections présidentielles sont reportées à quelques semaines de la fin du mandat de l’actuel président Préval. Le choc arrive ici. Hier, le monde entier a appris que l’ancien dictateur d’Haïti, Jean-Claude Duvalier, alias Bébé doc, avait pris un avion de Paris en direction de Port-au-prince. Mission: venir aider son pays à sortir de l’impasse politique et de l’impasse de la reconstruction. L’accueil est mitigé autant en Haïti que dans la communauté internationale, espérons et croisons les doigts pour que cette arrivée soit fructueuse pour la population et pas pour les coffres privés de l’ancien dictateur.

Le mois de janvier n’est pas encore fini qu’il nous réserve encore des surprises: rapport de la commission Bastarache et autres. Ce qu’on ne dit pas avec ce rapport et surtout ce que M. Bellemare ne dit pas, c’est que, s’il n’a pas le droit à une copie, c’est parce qu’il ne portera aucun blâme. C’est un principe fondamental des commissions d’enquêtes. Cette information aurait dû être transmise aux autres médias avant leur folie meurtrière de l’automne… C’était presque aussi suivi par TVA qu’Occupation Double au nouvelles de 18h.

Bref, l’année sera remplie de nouvelles croustillantes, mais le moment le plus important de l’année sera le 29 avril prochain. Je vous enverrai un événement Facebook. L’endroit: Westminster Abbey. Je ne vous en dis pas plus, ça sera un mois d’avril chargé, mais contentons-nous de notre gros mois de janvier! Il faut savoir apprécier les bonnes choses dans la vie: la démocratie!