Au détour de la ville
19 janvier 2010
« Cubes, blocs et autres espaces », présenté à l’occasion de la nouvelle série d’expositions thématiques du Musée d’art contemporain de Montréal, porte un regard neuf sur les cadres urbains et architecturaux d’aujourd’hui.

C’est grâce aux recherches et explorations orchestrées par Mark Lanctôt, commissaire au MAC, qu’une nouvelle orientation a pu s’intégrer au «Point de vue sur la Collection». De cette série d’expositions visant à réinterpréter les oeuvres de la collection permanente selon un dénominateur commun, découle «Cubes, blocs et autres espaces» qui rassemble autour de l’idée d’espace urbain différentes créations proposant chacune à leur manière une nouvelle vision de l’environnement moderne. À travers un parcours, qui se veut éclaté et ouvert plutôt que chronologique ou monographique s’entreprend une lecture hétérogène des cadres urbains et architecturaux qui soulève tout de même un grand questionnement sur le rôle de l’art dans notre perception du monde. Ainsi s’articule la façon dont les artistes du siècle dernier ont imaginé le quotidien urbain et les forces qui le gouvernent par le biais de leurs travaux.

Figure fort récurrente dans les oeuvres présentées, la ville, de par son façonnement de l’espace et par l’évolution qu’elle a subie au cours du dernier siècle se décline dans l’exposition à travers de multiples représentations de ses bâtiments, de ses habitants et des constituants de l’ambiance et de la vie urbaine. L’exposition de Lanctôt allie d’ailleurs avec justesse différents supports artistiques tels que des installations, des vidéos, des tableaux et des photographies signés par Josef Albers, Gilbert & George, Ian Carr-Harris, Paul Strand, Françoise Sullivan, Serge Tousignant et Gordon Webber, pour ne nommer que ceux-là. À première vue, il semble que la disparité des créations puisse surprendre, et pourtant cette diversité n’affaiblit pas la cohérence de l’assemblage des oeuvres. Aux côtés de dessins dont on peut aisément saisir l’inspiration surréaliste se dressent des installations vidéos et des luminaires évoquant à quel point notre quotidien est bombardé d’images publicitaires et d’artificialité. On y retrouve notamment l’étrange vidéo de Joan Jonas intitulée «La saga du volcan», dont la symbolique onirique ne peut que surprendre.

L’exposition nous fait donc voyager par un cheminement très intéressant, ponctué de discours esthétiques, sociaux et politiques variés.

Présentée au Musée jusqu’au 5 avril, l’exposition saura fasciner les amateurs d’art contemporain et de thématiques urbaines. C’est avec plaisir que l’on découvre ou que l’on retrouve les oeuvres du MAC sous un angle pour le moins original. Bien que celles-ci ne présentent pas toutes le même intérêt pour le public amateur et que certains pourront, dans cette optique, remettre en question la pertinence de certaines oeuvres, il n’en reste pas moins que la vision que traduit l’exposition de Mark Lanctôt saura résolument attirer et séduire.

« Cubes, blocs et autres espaces »
Où: Musée d’art contemporain, 185 rue Sainte-Catherine Ouest
Quand: jusqu’au 5 avril
Combien: 4$ (étudiant)

 
Sur le même sujet: