Non à l’eau contaminée
17 novembre 2009
Le Délit a rencontré le maire de Roxton Pond, Raymond Loignon, réélu pour un troisième mandat après son combat contre le géant américain Stanley Works. Portrait des luttes passées et des projets actuels de la municipalité des Cantons-de-l’Est.

Né à Roxton Pond, Raymond Loignon s’est toujours impliqué dans sa communauté, notamment en tant que chef pompier et directeur général de la municipalité. Cependant, lorsqu’il a pris sa retraite, devenir maire n’était «pas dans [ses] plans». C’est lorsque des analyses faites en 2001 ont démontré que l’eau des puits avait été contaminée par les activités de la multinationale américaine Stanley Works que M. Loignon a senti qu’il devait se porter à la défense de ses concitoyens. Élu maire en 2002, il a mené une lutte courageuse contre le géant américain et a remporté sa cause. Le Délit a rencontré Raymond Loignon pour discuter de ce dossier majeur dans l’histoire de Roxton Pond, ainsi que de la situation actuelle de cette municipalité qui compte 3586 habitants.

L’héritage de la Stanley

C’est l’arrivée de la compagnie d’outillage Stanley Works, en 1907, qui a en quelque sorte «créé le village» ses opportunités d’emploi ayant incité davantage de travailleurs à habiter la région. Bénéfique pour le village aux points de vue démographique et économique, la succursale roxtonnaise de la multinationale américaine, en activité jusqu’en 1984, a cependant laissé des traces nocives pour la santé des habitants de la région. Et c’est seulement en 2001, lorsque l’école primaire des Grands Pins a voulu se doter d’un deuxième puits –la municipalité n’ayant pas, à ce moment- là, de système d’aqueduc– que des analyses de la qualité de l’eau ont révélé l’héritage à long terme de la Stanley: la contamination de la nappe phréatique et des puits artésiens par le rejet de mélanges de peintures, de solvants et autres déchets dangereux. Selon les documents d’analyse consultés par le Délit, des tests dans plusieurs secteurs de la municipalité ont confirmé la présence de composés organiques volatils (C.O.V.) hautement dangereux, en quantité excédant considérablement les normes réglementaires.

«Dans le secteur de la Stanley, 650 personnes –cinquante familles, en plus [des enfants et adultes fréquentant] l’école des Grands Pins et le Centre de la petite enfance– étaient privés d’eau potable», raconte le maire Loignon. «Il était défendu de boire l’eau, de se brosser les dents avec cette eau, de laver ses légumes ou d’arroser son jardin. Dans les salles de bain sans ventilation, il fallait faire installer des systèmes de ventilation, à cause des vapeurs cancérigènes [qui pouvaient se dégager]», poursuit-il. Le maire raconte également qu’entre 2000 et 2006, durant toute la durée du combat contre la Stanley, de l’eau en cruche arrivait par camions pour fournir les villageois en eau potable.

L’appel du devoir

Interrogé sur l’ampleur du combat qu’il avait à mener à son arrivée à la mairie, Raymond Loignon explique qu’il n’a pas du tout été intimidé, mais qu’il s’est plutôt senti guidé par son sentiment du devoir: «J’avais laissé mon poste de directeur général de la municipalité en 1998; je connaissais bien les rouages de la municipalité. J’ai vu qu’aucune démarche n’avait été entreprise par le maire précédent. J’ai voulu agir», explique-t-il. Le combat n’a pas été de tout repos. Les sommes à investir dans les différentes procédures judiciaires auraient pu en décourager plus d’un: «En 2003, on a rencontré des aviseurs légaux de la firme Hébert, Dufresne et Comeau de Montréal qui nous ont expliqué les implications [financières] de la poursuite: on parlait de 700 000$ à 800 000$ pour payer les experts, les études, la poursuite» Cependant, pour le maire de Roxton Pond, la santé de ses concitoyens n’avait pas de prix.

Il n’a toutefois pas été facile de rallier tous les roxtonnais à la cause. «[Au départ], les gens ne trouvaient pas cela correct de poursuivre la Stanley, qui était [auparavant] le gagne-pain du village. Mais quand on regarde l’héritage qu’ils nous ont laissé,… ils ont contaminé notre sol!», s’indigne le maire. Mis à part quelques anciens travailleurs de la Stanley plutôt réticents, M. Loignon a réussi à convaincre la majorité des citoyens qu’il était temps d’agir, et plusieurs témoignages contre les pratiques de la Stanley ont été recueillis. «On avait le soutien des citoyens. On était préparés pour le procès.»

«David contre Goliath»

Cependant, le soutien supplémentaire recherché au niveau provincial a plutôt pris la forme de négociations ardues. «On a rencontré les représentants du Ministère de l’environnement, ainsi que Jean- Marc Fournier, [alors Ministre des Affaires municipales], pour savoir si le gouvernement et la municipalité pouvaient se mettre ensemble pour poursuivre la Stanley. Le gouvernement a refusé et la municipalité a poursuivi [Stanley Works] sans l’aide du gouvernement, avec un recours des citoyens», raconte M. Loignon. Mais le Ministère a rapidement changé son fusil d’épaule lorsqu’il a vu le déroulement des négociations entre la multinationale et le maire de la municipalité de Roxton Pond –un combat souvent surnommé «David contre Goliath» par les médias qui couvraient le dossier. «Quand ils ont vu qu’on était en train de s’entendre, ils ont dit que dans leur protocole, ils avaient droit à un pourcentage du montant reçu. Mais la Stanley ne voulait pas donner d’argent au gouvernement», rappelle M. Loignon. Le ministre Fournier a d’ailleurs très mal paru en imposant cette clause spéciale voulant que la ville cède un pourcentage de ses gains au gouvernement: le 21 décembre 2004, des accusations d’illégalité et d’abus de pouvoir faisaient la une du journal régional La Voix de l’Est.

C’est in extremis que la municipalité a pu déposer sa poursuite de 30M$ dans les délais requis. La multinationale s’est finalement inclinée devant la municipalité de Roxton Pond, défendue par Me Patrice Guay, «un avocat réellement intéressé par la cause», selon M. Loignon. Le résultat? «Les citoyens situés dans la zone la plus affectée on eu droit à un dédommagement, et la municipalité a pu investir dans un projet d’aqueduc de 12M$, payé [aux deux tiers] par des subventions du Ministère et [au tiers] par Stanley Works. Les rues ont dû être défaites et refaites; en tout, ça a coûté 20M$. Mais on n’a aucune dette en ce qui concerne le réseau d’aqueducs», précise fièrement le maire.

Pour le troisième mandat

Élu en 2002 et en 2005, Raymond Loignon a été réélu sans opposition aux élections du 1er novembre dernier. Outre son leadership et son courage dans le règlement du dossier de la Stanley de 2002 à 2006, M. Loignon s’est efforcé de procurer davantage de services aux citoyens de la municipalité: en janvier 2009, par exemple, la Coopérative de santé de Roxton Pond ouvrait ses portes. Moyennant l’achat d’un «passe social» de 10$ et une contribution annuelle de 100$ (il existe un fond permettant l’accès aux services aux familles à revenu plus faible), ce sont 2500 patients qui devraient pouvoir être servis par la coopérative d’ici la fin de l’année.

Cette initiative était nécessaire pour assurer des services de santé de qualité pour les roxtonnais; sans cet investissement, le médecin, surchargé de travail, aurait plié bagages. «J’ai eu l’idée en faisait de la recherche sur Internet… et en regardant La Grande Séduction», avoue M. Loignon, sourire en coin. La coopérative sans but lucratif offre donc aux roxtonnais une clinique avec les services d’un médecin, d’infirmières et d’employés de soutien, ainsi qu’une pharmacie et des locaux pouvant accueillir d’autres services de santé, notamment des cliniques de médecine douce.

Autre élément majeur au programme: la complétion des services d’aqueducs et d’égouts. Ces travaux, prévus au printemps 2010, sont rendus nécessaires par la présence d’algues bleues dans le lac Roxton, alimentées entre autres par le phosphore des fosses sceptiques des chalets.

De bonnes relations avec ses voisins

Questionné sur les relations existant entre la municipalité de Roxton Pond et la ville de Granby, chef-lieu de la MRC de la Haute-Yamaska avec ses 60 000 habitants, Raymond Loignon se dit totalement satisfait. Des ententes inter-municipales existent entre plusieurs municipalités et la ville de Granby, notamment en ce qui concerne les services des incendies et des loisirs. «On ne peut pas se payer un aréna ou d’autres structures de loisirs qu’une ville peut se payer», explique- t-il.

Selon M. Loignon, le maire de Granby est «très régional: il aide les petites municipalités; il ne les écrase pas». Il considère aussi que le fait d’être situé près de la ville est une force pour la municipalité, car ses habitants ont accès à un hôpital et des centres commerciaux à dix minutes de chez-eux. De plus, beaucoup de gens habitent Roxton Pond, travaillent à Granby et sont bien servis par l’économie locale: «Dans la Haute-Yamaska, il n’y a pas vraiment de récession», estime M. Loignon.

Le 3e mandat du maire de Roxton Pond s’amorce donc avec un constat assez optimiste.