Récrire l’histoire
18 mars 2008
En primeur internationale, la Cinémathèque québécoise invite les cinéphiles à découvrir les débuts modestes du cinéma d’animation japonais.

En collaboration avec le National Film Center (NFC) du Japon, la Cinémathèque québécoise présente actuellement une rétrospective intitulée Aux sources de l’anime: l’animation japonaise. Plus de cinquante courts métrages étalés sur trois décennies (de 1924 à 1952) témoignent de l’ingéniosité des cinéastes nippons. Les techniques vont du papier découpé à la manipulation d’objets, en passant par différentes variantes sur cellulose. Le cartoon humoristique côtoie l’opérette en silhouettes.

Selon Marco de Blois, conservateur du cinéma d’animation de la cinémathèque, rassembler toutes ces œuvres ne fut pas une tâche de tout repos pour Akira Tochigi et le personnel du NFC: «Les cinéastes japonais étaient tous indépendants et travaillaient dans des conditions très artisanales, rudimentaires. Malheureusement, le Japon a commencé très tard à s’intéresser à la conservation du patrimoine cinématographique. On se retrouve ici avec des films qui étaient, à toutes fins utiles, considérés disparus».

Cela dit, l’usure des films n’entrave nullement leur appréciation. En fait, il est particulièrement intéressant de constater qu’à ses débuts, l’animation japonaise ne possédait pas le style particulier qu’on lui connaît maintenant. Les premières créations ont davantage en commun avec l’esthétique américaine qu’avec les Albator et Astro de notre enfance. À cet effet, de Blois souligne quelques films où ces influences sont plus évidentes. Par exemple, plusieurs personnages américains, Mickey Mouse en tête, apparaissent dans Mabo in the Tokyo Olympiad.

Un film de propagande racontant le bombardement de Pearl Harbor, Momotaro the Sea Eagle, emprunte aussi aux cinéastes américains. De Blois explique: «Dans leur façon de bouger et leur morphologie [chez les personnages secondaires, des lapins], on sent une influence du rubber hose animation des frères Fleischer. [NDLR: On doit à ces pionniers de l’animation des personnages comme Betty Boop et Popeye et des techniques comme la rotoscopie.] On [remarque] cette contamination d’un certain courant américain, et derrière cela un style japonais qui est en train de se former. C’est une raison pour laquelle la rétrospective est intéressante».

Le programme sépare les courts métrages en périodes historiques, ce qui permet d’apprécier clairement l’évolution stylistique ainsi que les moyens mis à la disposition des cinéastes. De fait, avant l’envol de l’animation industrielle en 1952, avec la fondation du studio Toei et l’arrivée de la télévision, ce n’est que durant la Seconde Guerre mondiale que les producteurs profitent d’un véritable soutien pécuniaire. «Il s’agit de la période où les cinéastes d’animation japonais ont bénéficié de moyens [financiers] et, en même temps, le traitement de l’histoire et la manipulation du spectateur atteignent des sommets assez impressionnants», résume de Blois. À cet effet, il rappelle que la propagande nippone ne diffère guère des efforts américains ou des kulturfilms allemands. «Ce qui est formidable, par contre, c’est que les Japonais n’ont pas de pudeur à présenter ces films, tandis qu’aux États-Unis, ce patrimoine-là a été complètement oblitéré», ajoute-t-il.

En plus d’offrir une perspective historique unique, la rétrospective ouvre de nouveaux horizons aux aficionados du cinéma expérimental. En effet, la séance «Quand l’animation rencontre le modernisme/Hommage à Shigeji Ogino» comprend de fascinantes –et un brin épileptiques– animations abstraites. Selon de Blois, «il y a [dans les films d’Ogino] une modernité qui évoque beaucoup les avant-gardes européennes de l’époque, celle des Allemands notamment. An expression repose sur le principe du scintillement, du flicking, qui a été un courant très important dans le cinéma expérimental américain des années 1950-1960». Avec la redécouverte de ces créations, il suggère qu’«il faudra peut-être récrire l’histoire du cinéma expérimental».

La diversité des films permet au spectateur de se familiariser avec plusieurs aspects de la culture traditionnelle japonaise. Les contes, comme The Tale of Crab Temple ou Madame Butterfly’s Fantasy, côtoient des mascottes populaires comme Norakuro le chat errant, le jeune garçon Mado ou les animaux anthropomorphiques entourant Momotaro. Au-delà du divertissement, la propagande se mêle aux messages d’intérêt public et aux films financés par le parti prolétaire. L’unique présentation au Québec de cette collection, qui entreprendra une tournée mondiale, se trouve à la Cinémathèque québécoise.

Finalement, il est intéressant d’apprendre que cette rétrospective s’inscrit dans un processus d’échange avec le NFC, dans la mesure où la cinémathèque orchestre présentement sa propre rétrospective du cinéma d’animation canadien. Rendez-vous à Tokyo en 2009 pour en apprendre davantage sur nos propres œuvres.