Café(d)rama
4 mars 2008
La franchise située au rez-de-chaussée du bâtiment de l’association étudiante pourrait se voir remplacée par un service alimentaire étudiant.

Depuis quelques semaines, un café sur le campus retient l’attention. Le bail du Caférama, situé dans le bâtiment Shatner de l’Association étudiante de l’Université McGill (AÉUM), connu pour sa télévision géante, tire à sa fin. L’AÉUM espère qu’un groupe étudiant pourra remplacer le locataire actuel.

Fin de bail
La franchise Caférama appartient au Groupe d’alimentation MTY, avec qui, en 2005, l’AÉUM a négocié les termes d’un bail de trois ans lui cédant un espace à l’angle sud-ouest du premier étage de son bâtiment. Avec la fin du contrat qui approche, l’AÉUM souhaite du changement. Il y a environ un mois, elle a soumis un appel d’offres qui expirait le 29 février, soit vendredi dernier. Trois organisations étudiantes ainsi que plusieurs franchises —incluant Caférama— ont posé leur candidature pour devenir opératrices d’un service alimentaire.

Un espace poussiéreux
Depuis son installation dans le bâtiment de l’AÉUM, les affaires ne cessent de baisser pour le  Caférama, en particulier depuis la modification, par le gouvernement du Québec, de la Loi sur le tabac en 2005. Auparavant, l’espace du Caférama, clos par une baie vitrée qui fait toujours partie de ce café, était le seul endroit où l’on pouvait fumer à l’intérieur sur le campus. Les modifications à la Loi sur le tabac ont entre autres  mené à l’interdiction de fumer dans les restaurants.

L’espace vitré du Caférama fait à présent figure de relique et, malheureusement, ramasse la poussière. L’AÉUM se dit prête à prendre la situation en main. Pour Imad Barake, vice-président des Opérations et Finances de l’AÉUM, il faut un nouveau projet pour ce lieu: «Comme ce n’est plus un endroit pour fumer, l’espace comme tel n’est plus accueillant. Nous voulons un environnement où les étudiants pourront étudier, manger, boire un café, bref, un endroit de va-et-vient concentré».

Pas si simple
Ces changements sont pourtant plus faciles à annoncer qu’à réaliser, car le contrat signé pour trois ans entre l’AÉUM et le Groupe MTY s’est amorcé un certain 31 août. Dès lors, même si MTY perd la course aux contrats —le gagnant devant être dévoilé en mars—, le Caférama pourrait en principe rester dans le bâtiment Shatner tout l’été. «Cela veut dire qu’il se peut que l’espace soit en construction durant le trimestre d’automne qui s’en vient», précise M. Barake, ajoutant que l’AÉUM tentera de négocier avec MTY pour éviter une telle situation.

Réactions molles de la part des étudiants
Questionnée à ce sujet, la population étudiante se dit prête pour un changement de locataire: «Je trouve [qu’au Caférama] la nourriture n’est pas très impressionnante et qu’elle coûte assez cher. Enfin… un peu comme dans la plupart des café sur notre campus», dit Sven Carlsson, étudiante en deuxième année. Il faut aussi admettre que l’AÉUM n’aura pas à travailler très fort pour en impressionner plusieurs. «Je ne vais presque jamais [au bâtiment de l’AÉUM], mais du moment qu’elle ne remplace pas le Caférama par une franchise de Chartwells, je serai contente. Enfin, je suppose qu’une organisation étudiante serait quand même mieux… », a commenté Lindsay Wright, étudiante en deuxième année. Chartwells est une multinationale fournissant des services alimentaires par l’entremise de centaines de franchises en Amérique du Nord. Ses contrats d’exclusivité sont souvent critiqués et vus comme néfastes pour les cafés locaux, surtout parce qu’il est souvent allégué que le rapport qualité/prix de ses aliments laisse à désirer. Reste surtout à voir si, avec son nouveau plan pour son espace alimentaire, l’AÉUM réussira à convaincre davantage de ses membres de franchir les portes du bâtiment Shatner.