Une maîtrise, un doctorat? Avec Visa, ça va.
22 janvier 2008
Une étude publique de la FEUQ révèle que, même durant leurs études, les étudiants aux 2e et 3e cycles doivent être leur propre source de financement.

Le Conseil national des cycles supérieurs de la Fédération étudiante universitaire du Québec (CNCS-FEUQ) dévoilait le mercredi 9 janvier dernier une étude intitulée Les sources et modes de financement des étudiants aux cycles supérieurs. Cette recherche, financée en grande partie par des fonds de recherche provinciaux et fédéraux, traite de la situation financière des étudiants québécois qui se trouvaient à la maîtrise ou au doctorat (2e et 3e cycles) en 2006. Elle est basée sur une étude similaire, réalisée par la CNCS-FEUQ en 2001, qui avait, selon l’organisme, «contribué à une meilleure connaissance du financement auquel les étudiants des cycles supérieurs du Québec ont accès et permis de démontrer la précarité des conditions de vie des étudiants».

Même si la CNCS-FEUQ ne représente qu’un peu plus de la moitié des étudiants aux cycles supérieurs au Québec, soit environ 30 000 personnes, plusieurs associations non membres ont accepté de participer au projet, dont l’Association des étudiantes et étudiants de 2e et 3e cycles de l’Université McGill (AÉÉDTC). Les résultats de l’étude reposent sur des données quantitatives compilées par Jean-François Venne, un chercheur indépendant qui avait collaboré à la première édition du projet, réalisée  avec l’aide de la maison de sondage CROP. Plus de 1600 étudiants faisant partie de 15 établissements du Québec ont répondu.

Frédéric Lalande, président de la CNCS-FEUQ, croit qu’une nouvelle étude s’avérait nécessaire pour s’assurer que la situation des étudiants n’avait pas empiré depuis 2001. Selon lui, cette étude visait, en premier lieu, à «identifier les problèmes les plus fréquents et faire des recommandations pour améliorer la situation financière des étudiants aux cycles supérieurs qui est –comme l’étude le montre– dans certains cas très précaire».

Selon Lalande, le résultat le plus important de l’étude est qu’elle réussit à démontrer que plus de la moitié du financement des études après le baccalauréat «dépend toujours de la propre poche de l’étudiant». Se basant sur ce résultat, la FEUQ veut insister, dans ses revendications auprès du gouvernement, sur la nécessité d’augmenter le financement de l’Aide financière aux études (AFE), que Lalande caractérise comme «inadaptée aux étudiants des cycles supérieurs, étant davantage une source d’endettement davantage que de financement, puisqu’elle ne représente que 12% de leur revenu annuel».

Malgré l’ampleur de la recherche, l’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ) doute de l’importance du travail accompli par Venne et ses collègues. Rejoint par téléphone, Hubert Gendron-Blais, secrétaire aux communications de l’ASSÉ, a tenu à présenter l’autre côté de la médaille: «Le gouvernement répond à des intérêts bien précis en haussant les frais de scolarité et il se base sur une certaine conception de l’État inspirée par l’idéologie néolibérale. Ce n’est donc pas simplement avec des études que l’on va faire entendre raison au gouvernement Charest. […] On trouve que cette étude de la CNCS-FEUQ est donc un coup d’épée dans l’eau. Oui, l’analyse est extrêmement importante –et l’ASSÉ a aussi produit des études semblables– mais, pour notre part, nous essayons de mettre plus d’énergie sur la mobilisation, pour donner des ailes à cette analyse».

L’Association étudiante de l’Université McGill (AÉUM), quant à elle, se réjouit de la parution de l’étude de la CNCS-FEUQ, qui reflète une grande partie de ses revendications en ce qui concerne le financement des étudiants aux cycles supérieurs. Max Silverman, vice-président aux affaires externes de l’AÉUM, souligne: «Lors d’une conférence de presse l’hiver dernier, notre principale, Heather Munroe-Blum, se désolait du fait que l’Allemagne et la France produisent proportionnellement 2,5 fois plus de doctorants que le Québec. Pour elle, cela voulait dire qu’il faut augmenter les frais de scolarité pour créer plus de places pour ces étudiants. En fait, cette étude démontre que la meilleure façon d’avoir une population bien éduquée est de miser sur l’accessibilité, la stabilité du financement et des frais de scolarité les plus bas possible».

Frédéric Lalande espère que ces résultats vont attirer l’attention des politiciens: «Gageons que les conclusions émanant de cette nouvelle étude sauront trouver le même écho que par le passé auprès des décideurs et des intervenants ayant une incidence sur les conditions de vie, d’études et de recherche des étudiants aux cycles supérieurs».

L’étude: les faits saillants:

  • 24,4 % des étudiants sondés ont un revenu brut inférieur à 11 000$ par année; il s’agit presque exactement du même pourcentage qu’en 1999-2000. Les données laissent penser que les revenus bruts des étudiants se situent, pour plus de la moitié d’entre eux, sous le seuil de faible revenu de Statistique Canada, soit 21 000$.
  • Le financement obtenu par la voie d’un travail effectué à l’extérieur de l’université constitue presque la moitié du financement total des étudiants aux cycles supérieurs. En y ajoutant la contribution familiale, plus de la moitié de leur financement provient de sources personnelles (54,5 %).
  • Pour les étudiants dont le travail requis est un mémoire ou un travail dirigé, 70,3 % de leur financement provient d’un travail effectué à l’extérieur de l’université. Cela pose problème en raison du fait qu’une grande proportion de ces étudiants sont inscrits à temps complet.
  • La plupart des étudiants inscrits aux cycles supérieurs ont accumulé une dette d’études. En incluant toutes les sources d’endettement, la dette accumulée de plus d’un tiers des répondants (36,2 %) dépasse 12 000$. Le plus souvent, les étudiants se sont endettés avec l’Aide financière aux études. En 2006, la dette moyenne des diplômés de maîtrise était de 13 810$ et celle des diplômés du doctorat était de 19 265$.
  • Dans l’ensemble, sept étudiants sur dix ont occupé au moins un emploi en 2006. Les étudiants à temps partiel étaient près de neuf sur dix à l’avoir fait. Près d’un tiers des étudiants à temps complet n’avaient occupé aucun emploi.
  • Les étudiants étrangers seront durement frappés par le dégel des droits de scolarité. En effet, après l’augmentation de leurs droits de scolarité et la majoration de 10 % des montants  forfaitaires par les universités, les étudiants étrangers des cycles supérieurs paieront en moyenne 14 % de plus en 2007-2008 qu’en 2006.
  • L’étude porte sur les étudiants des deuxièmes et troisièmes cycles universitaires. La moitié de ces étudiants ont entre 25 et 29 ans; la moyenne d’âge est de 29,6 ans.
  • 52 677 étudiants sont présentement inscrits aux cycles supérieurs au Québec (automne 2006, MELS), dont 25,9 % au doctorat.


Compilé par Zoé Gagnon-Paquin avec les dossiers de la FEUQ.